News

Parc éolien de Pretul : un suivi sur quatre ans révèle un nouveau pic de la population de tétras-lyres

Le monitoring du tétras-lyre effectué durant les quatre dernières années par l’Office fédéral autrichien des forêts (ÖBf) dans le parc éolien de Pretul, en Styrie (Autriche), montre des résultats réjouissants. Après la mise en service du parc éolien de Pretul en 2016, la population de tétras-lyres (Tetrao tetrix) continue de bien se porter et a même enregistré un nouveau pic en 2020 : « Lors du dernier comptage, la population de tétras-lyres, mâles et femelles confondus, était plus élevée qu’elle ne l’avait été depuis des années », confirme Georg Schöppl, responsable de l’Office fédéral autrichien des forêts. Le tourisme hivernal en expansion est néanmoins une cause de dérangement pour cette espèce.

Le comptage a lieu chaque année pendant la saison des amours, en mai, lorsque tous les animaux sont sur leurs places de parade, de l’aube au lever du soleil. Photo : Forêts fédérales autrichiennes
Le comptage a lieu chaque année pendant la saison des amours, en mai, lorsque tous les animaux sont sur leurs places de parade, de l’aube au lever du soleil. Photo : Forêts fédérales autrichiennes

Le parc éolien de Pretul, en Styrie, comprend 14 éoliennes et s’étend de l’Amundsenhöhe au Schwarzriegelmoos en passant par la Rettenegger Alm. Il produit environ 84 millions de kilowattheures par an et alimente près de 22’000 foyers. L’énergie engendrée est acheminée vers la sous-station de Mürzzuschlag via des câbles souterrains.

Le parc éolien de Pretul, en Styrie, comprend 14 éoliennes. Photo : Forêts fédérales autrichiennes
Le parc éolien de Pretul, en Styrie, comprend 14 éoliennes. Photo : Forêts fédérales autrichiennes

Nombreuses places de parade dans toute la zone du parc éolien
Après un hiver très doux, on a recensé en 2020 l’une des trois plus grandes populations de mâles depuis 2006. Des jeunes coqs ont également été observé durant leur parade nuptiale, en effet la zone du parc éolien abrite de nombreux sites de reproduction. Des recensements de ces oiseaux, actuellement menacés, ont été effectués durant quatre ans, ainsi les résultats obtenus ont pu être comparés aux données antérieures à la construction du parc éolien en 2016. « Nous observons beaucoup de tétras-lyres tout autour du parc éolien, ces oiseaux se tiennent à proximité immédiate des éoliennes », rapporte Georg Schöppl. Il ajoute encore : « Lors de la construction du parc éolien, nous avons accordé une attention particulière aux mesures d’accompagnement écologique, notamment en vue d’améliorer les habitats du tétras-lyre. Il est d’autant plus réjouissant de constater que la population s’est aujourd’hui développée et que les tétras-lyres continuent à bien s’acclimater à leur habitat. L’objectif à long terme est de maintenir une population intacte sur le Pretul, où le tétras-lyre est installé depuis toujours. »

Le comptage a lieu chaque année pendant la saison des amours, en mai, lorsque tous les animaux sont sur leurs places de parade, de l’aube au lever du soleil. Photo : Forêts fédérales autrichiennes
Le comptage a lieu chaque année pendant la saison des amours, en mai, lorsque tous les animaux sont sur leurs places de parade, de l’aube au lever du soleil. Photo : Forêts fédérales autrichiennes

Comptage des tétras-lyres par tous les temps
Pendant quatre ans, les tétras-lyres ont été recensés sur 13 points de comptage répartis sur l’ensemble du parc éolien de Pretul, et ce, par tous les temps. Aucune observation n’a dû être annulée en raison des conditions météorologiques difficiles ou de forts vents sur cette crête exposée. Le comptage a lieu chaque année durant la saison des amours, en mai, lorsque tous les animaux se retrouvent sur leur place de parade, de l’aube au lever du soleil. Chaque quarts d’heure, les mâles reproducteurs et les femelles observables sont dénombrés sur plusieurs sites simultanément en comptages synchronisés, évitant ainsi les doubles comptages grâce à la comparaison des résultats. Le relevé est réalisé en collaboration avec l’Université des ressources naturelles de Vienne (BOKU) et l’Institut de biologie de la faune sauvage et de gestion de la chasse, qui a effectué un suivi du relevé et de l’évaluation chaque année. Les chiffres relevés en 2016 et 2018 ont servi de valeurs comparatives pour le résultat actuel.

Le tourisme hivernal constitue une menace de plus en plus sérieuse pour le tétras-lyre. Cet oiseau supporte les rigueurs de l’hiver en économisant leur énergie au maximum. Image: Forêts fédérales autrichiennes
Le tourisme hivernal constitue une menace de plus en plus sérieuse pour le tétras-lyre. Cet oiseau supporte les rigueurs de l’hiver en économisant leur énergie au maximum. Image: Forêts fédérales autrichiennes

Habitat caractéristique
L’occupation par l’Homme toujours plus importante des espaces naturels, notamment avec le tourisme hivernal, exerce une grande pression sur les habitats du tétras-lyre. Ces oiseaux éprouvent une prédilection pour les terrains ouverts offrant une large visibilité ainsi que pour les zones humides et les marais agrémentés de buissons et d’arbustes leur fournissant des abris. La crête dénudée du Pretul réunit des conditions d’habitats idéales pour le tétras-lyre, grâce à sa ceinture arboricole basse, ses arbres isolés et la zone humide du Schwarzriegelmoos. « Nous avons procédé à un éclaircissement sélectif des surfaces forestières afin de créer des couloirs d’envol plus commodes pour les tétras-lyres, qui sont des oiseaux au vol relativement lourd, plus à l’aise sur le sol », précise Georg Schöppl, en soulignant les mesures consenties à l’amélioration des espaces occupés par les tétraonidés. Le tétras-lyre se nourrit de végétaux alpins : airelles, graminées, bourgeons et arbustes nains.

Des panneaux situés aux points névralgiques fournissent déjà des informations sur les habitats de la faune sauvage et les aires de tranquillité à respecter. Forêts fédérales autrichiennes
Des panneaux situés aux points névralgiques fournissent déjà des informations sur les habitats de la faune sauvage et les aires de tranquillité à respecter. Forêts fédérales autrichiennes

Dérangements dus au développement du tourisme d’hiver
Le tourisme hivernal constitue une menace de plus en plus sérieuse pour le tétras-lyre. Cet oiseau supporte les rigueurs de l’hiver en économisant leur énergie au maximum. Par mauvais temps, il se retire dans des abris creusés dans la neige. « Nous constatons que de plus en plus de personnes en quête de détente empiètent sur les habitats du tétras-lyre pendant la mauvaise saison, les surprenant dans leurs quartiers d’hiver », a déclaré le responsable de l’ÖBf. Il ajoute : « Les amateurs de loisirs se promènent et skient sur la crête à toute heure du jour et de la nuit et randonnent même avec des lampes frontales par les nuits de pleine lune. » Des panneaux situés aux points névralgiques fournissent déjà des informations sur les habitats de la faune sauvage et les aires de tranquillité à respecter. Le ski de randonnée et le ski hors-piste dérangent tout particulièrement les populations de tétras-lyres. Lors de la dernière saison d’hiver, l’afflux d’amateurs de sports d’hiver dans les zones de loisirs proches des villes, par ex. à Semmering, Stuhleck ou sur la Pretulalpe, a connu une augmentation significative avec la pandémie. « Nous appelons donc une nouvelle fois tous les amateurs de loisirs à respecter les habitats de la faune, à rester sur les sentiers balisés, à tenir les chiens en laisse, à éviter d’empiéter sur les sites où de jeunes peuplements nichent et à s’éloigner des zones d’hivernation », a déclaré Georg Schöppl. Il continue : « Pour la prochaine saison d’hiver 2021/22, nous prévoyons la mise en place d’un concept de gestion du flux des visiteurs sur le Pretul. Nous allons créer de nouvelles offres pour les randonneurs à ski tout en canalisant le nombre de personnes et en l’orientant vers des itinéraires respectueux de l’environnement.“

Plus d’informations sur le parc éolien de Pretul

Vidéo sur Youtube sur le parc

Texte : Forêts fédérales autrichiennes

Après un hiver très doux, on a recensé en 2020 l’une des trois plus grandes populations de mâles depuis 2006. Image: Forêts fédérales autrichiennes
Après un hiver très doux, on a recensé en 2020 l’une des trois plus grandes populations de mâles depuis 2006. Image: Forêts fédérales autrichiennes

Tags

Acceptance, Communes, Environnement, Protection de la nature, Riverain, Technique