News

La Ville de La Chaux-de-Fonds retire ses oppositions aux parcs éoliens du Crêt-Meuron et des Quatre Bornes

Lors de sa séance du 27 janvier 2021, le Conseil communal a pris connaissance avec soulagement d'un courrier de l'Office fédéral de la culture (OFC) indiquant « qu'en dépit d'une légère atteinte susceptible d'être portée à la valeur universelle exceptionnelle du bien tel qu'inscrit sur la liste du patrimoine mondial, l'OFC considère que les projets de parcs éoliens des Quatre Bornes et du Crêt-Meuron sont conformes aux obligations suisses relatives à la Convention du patrimoine mondial ».

Aussi, conformément à sa position, le Conseil communal a immédiatement écrit au Service de l'aménagement du territoire du Canton de Neuchâtel pour retirer ses oppositions. Il se réjouit par ailleurs de pouvoir prendre connaissance lui-même de l'étude d'impact menée par la Confédération. Toutefois, le courrier de l'OFC précise que des incertitudes demeurent en ce qui concerne l'impact du parc éolien du Mont-Perreux. Aussi, le Conseil communal se réserve-t-il le droit, le cas échéant et le moment venu, d'y faire opposition, en espérant toutefois que la question sera réglée par les instances compétentes avant le dépôt d'une demande de permis de construire.

Mise en garde de l'Office fédéral de la culture en 2019
Alerté par plusieurs associations de protection du patrimoine, de la nature et du paysage, le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds avait formulé des oppositions aux parcs éoliens du Crêt-Meuron et des Quatre Bornes. En effet, celles-ci lui paraissaient susceptibles de générer un impact problématique sur l'avenir de la reconnaissance mondiale de l'urbanisme horloger par l'UNESCO. Par courrier, la Confédération, via la directrice de l'Office fédéral de la culture (OFC), confirmait en décembre 2019 que "les procédures de consultation (...) menées au niveau du plan directeur ne permettaient en effet pas d'évaluer l'impact des projets éoliens concrets sur la valeur universelle exceptionnelle du site du patrimoine mondial".

Par mesure de précaution
De fait, l'OFC avertissait être "contrainte d'examiner en détail les projets éoliens concernés et d'en analyser les impacts éventuels sur le site UNESCO", en d'autres termes, l'OFC se proposait de réaliser une étude d'impact. Le Conseil communal, par mesure de précaution, avait formulé lesdites oppositions dans l'attente des résultats de l'étude d'impact menée par l'OFC, en précisant que les oppositions seraient immédiatement retirées si des garanties suffisantes étaient données en regard de la préservation de la reconnaissance mondiale par l'UNESCO de l'urbanisme horloger.

Une nouvelle réjouissante pour l’énergie éolienne suisse, et un cas désormais référence pour d’autres projets qui pourraient être confrontés à cette problématique.

Texte : Suisse Eole, source : Ville La Chaux-de-Fonds

Tags

Acceptance, Cantons, Communes, Environnement, Politique énergétique, Protection de la nature, Riverain