News

La double initiative "Biodiversité et paysage" menace la transformation du système énergétique et la stratégie énergétique 2050

La double initiative "Biodiversité et paysage" lancée aujourd'hui est une menace pour le développement nécessaire des énergies renouvelables en Suisse. Le plus grand problème de la biodiversité est le changement climatique. "Encore aujourd’hui, 70 % de l'énergie consommée en Suisse est encore d’origine fossile, et il faut la remplacer par des énergies renouvelables le plus rapidement possible", explique Isabelle Chevalley, présidente de Suisse Eole. "C’est avec un mix intelligent d'électricité provenant d'énergies renouvelables que nous avons le plus grand effet de levier", ajoute la conseillère nationale.

Suisse Eole, l'association de la branche de l'énergie éolienne, a étudié intensivement la double initiative "Biodiversité et paysage", et en a également discuté avec les initiateurs. Suisse Eole soutient pourtant les préoccupations fondamentales des initiatives de protection de la biodiversité et du paysage. Le développement de l'énergie éolienne se fait en tenant compte de la protection optimale de la biodiversité et en excluant déjà une partie du potentiel éolien pour la protection du paysage.

Sécurité de l'approvisionnement en hiver
L'énergie éolienne est un pilier important de la sécurité d'approvisionnement, surtout en hiver, lorsque la demande est élevée mais que l'offre d'énergie solaire et hydraulique est faible. "Malgré toute la sympathie pour les préoccupations fondamentales des initiatives, nous devons cependant noter que les initiatives - en particulier l'initiative sur la biodiversité - créent d'énormes incertitudes juridiques supplémentaires pour les nouveaux projets d'énergie éolienne et remettent donc en question l'utilisation de cette source d’énergie. Nous sommes convaincus que ces initiatives ne rendent pas service à leurs propres objectifs. "Une utilisation accrue des énergies renouvelables est essentielle pour protéger la biodiversité", déclare Lionel Perret, directeur général de Suisse Eole. Cependant, sans une expansion cohérente de l'énergie éolienne, la Suisse augmentera sa dépendance aux importations en hiver. La Suisse consommera encore davantage d'électricité produite à partir du charbon en Europe.

Orienté vers l'avenir
Même si l'initiative fait la promotion de la biodiversité, son contenu est avant tout la protection du patrimoine architectural et du paysage créé à l'ère fossile. "Le texte de l'initiative cherche donc à préserver le monde d'hier, plutôt que d'être tourné vers l'avenir et la résolution des problèmes d'aujourd'hui", est convaincu Lionel Perret. Pour rappel, la Suisse dépense environ 1 milliard de francs par mois en combustibles fossiles. Il est grand temps que cela change.