News

Technicien sur éolienne : une tâche contre-indiquée pour ceux qui souffrent du vertige !

Dans le Swiss Energypark, entre Saint-Imier (BE) et Le Noirmont (JU), la production d’électricité est en avance sur son temps. C’est pourquoi il faut un agriculteur qui ne souffre pas du vertige pour faire fonctionner les16 éoliennes.Pierre Berger gère une exploitation laitière de vingt vaches et travaille comme technicien du Swiss Energypark.

Pierre Berger à l’intérieur d’une éolienne. La distribution de l’électricité à La Goule est contrôlée par un processus informatique complexe. Photo : BKW
Pierre Berger à l’intérieur d’une éolienne. La distribution de l’électricité à La Goule est contrôlée par un processus informatique complexe. Photo : BKW

Mont-Crosin, dans le Jura bernois. On croirait le paysage peint au pastel: des prés verdoyants, des vaches en train de paître, des fermes dispersées çà et là. La douceur des contours de cet espace naturel donne l’impression que le temps s’est ralenti. De petites routes dessinent de larges courbes à travers le paysage. Pierre Berger plisse les yeux face au soleil, puis regarde en direction de Chasseral : « J’ai beaucoup de chance d’habiter ici et de faire partie de ce magnifique paysage. »

40% comme technicien du Swiss Energypark
L’agriculteur apporte un bidon de lait à quatre veaux nouveau-nés. Sa femme est assise avec leurs quatre enfants autour du café et des gâteaux devant l’entrée de leur ferme réaménagée. Pierre Berger gère une exploitation laitière de vingt vaches : « Je travaille à 70% comme agriculteur, et à 40% comme technicien du Swiss Energypark. » Il rit de l’énumération mathématiquement un peu erronée de sa charge de travail, qui permet au visiteur de se faire une idée précise de la situation : il s’agit là d’un homme qui se donne à 100%, voire plus, pour son travail.

Joie de vivre: l’agriculteur Pierre Berger prend soin des veaux nouveau-nés de sa ferme. L’énergie de son exploitation provient des éoliennes. Photo : BKW
Joie de vivre: l’agriculteur Pierre Berger prend soin des veaux nouveau-nés de sa ferme. L’énergie de son exploitation provient des éoliennes. Photo : BKW

150 mètres de hauteur
Pierre Berger est responsable de la maintenance et du contrôle des 16 turbines de la centrale éolienne de Juvent, une tâche contre-indiquée pour ceux qui souffrent du vertige. Il monte régulièrement vérifier que tout va bien tout en haut de ces colosses de métal, qui peuvent atteindre 150 mètres de hauteur. Avec l’ascenseur, la montée jusqu’au sommet dure six minutes : « Depuis là-haut, on voit presque jusqu’à Paris », dit-il en riant.

90% d’énergie autoproduite
Avec l’installation solaire de Mont-Soleil et la centrale hydroélectrique de La Goule, les éoliennes constituent l’un des trois éléments de la production d’électricité de ce parc de 251 km2. Les décisions sont prises au siège de La Goule, la filiale de BKW à Saint-Imier. Cédric Zbinden, le directeur, annonce fièrement : « Aujourd’hui, nous pouvons couvrir les besoins des 17 000 habitants de la région à 90% avec de l’énergie autoproduite. » Les exploitants ont ainsi plus d’une longueur d’avance sur leur temps : « Nous remplissons déjà dans une large mesure les conditions exigées par la stratégie énergétique 2050. »

Lire l’article sur le travail de Pierre Berger sur le blog de BKW

Tags

Acceptance, Cantons, Communes, Environnement, Protection de la nature, Technique, Tourisme