News

« La réduction du déficit de production hivernal passe par l'énergie éolienne » - l’urgence du développement de l’éolien pour le semestre d’hiver fait la une des quotidiens de Tamedia

L’élément déclencheur de la parution de l’article dans les quotidiens de Tamedia a été le document de référence de la Commission de l’électricité (Elcom) relatif au courant hivernal dans le cadre de la révision de la loi sur l’énergie. Force est de constater qu’en raison de l’arrêt des centrales nucléaires suisses, de nouvelles sources d’énergies renouvelables devront être exploitées pour la saison froide. Elcom demande que la Suisse s’engage à faire passer sa production d’électricité en hiver de 5 à 10 térawatts-heures jusqu’en 2035. Confortée par la position d’Elcom, Suisse Eole avait expressément demandé, dans son communiqué de presse du 6 avril 2020 au sujet de la révision de la loi sur l’énergie, que l’énergie éolienne soit classée comme « prioritaire » pour l’approvisionnement en courant pendant l’hiver

Article est paru le 17 avril 2020 dans les quotidiens suisses Tages Anzeiger, Der Bund, Berner Zeitung et Basler Zeitung.
Article est paru le 17 avril 2020 dans les quotidiens suisses Tages Anzeiger, Der Bund, Berner Zeitung et Basler Zeitung.

Les requêtes d’Elcom, tout comme le communiqué de presse de Suisse Eole, ont incité les journalistes de Tamedia à s’entretenir avec le directeur de Suisse Eole, Lionel Perret, à ce propos. À la suite de cet entretien, un article intitulé « La réduction du déficit de production hivernal passe par l'énergie éolienne » est paru le 17 avril 2020 dans les quotidiens suisses Tages Anzeiger, Der Bund, Berner Zeitung et Basler Zeitung. Les passages suivants sur le futur rôle de l’énergie éolienne sont extraits de l’article en question :

« C’est pourquoi l'Association pour la promotion de l'énergie éolienne en Suisse (Suisse Eole) demande que la Confédération classe, dans la nouvelle loi sur l’énergie, les parcs éoliens qui fournissent deux tiers de leur production en hiver en tant que « prioritaires » pour l’approvisionnement en électricité pendant la saison hivernale, en plus des grandes centrales à accumulation. Suisse Eole est convaincu que l’énergie éolienne peut couvrir 20 pour cent des demandes de courant en hiver. Les potentiels de la stratégie énergétique 2050 datent de 2010, il s’agit de 4 térawatt-heures pour l’éolien. « La technique a évolué, la puissance des éoliennes actuelles est trois fois plus élevée », explique Lionel Perret, directeur de Suisse Eole. « L’éolien pourrait produire 9 térawatt-heures jusqu’en 2050. » Au moins deux tiers d’entre eux seraient produits en hiver.

Selon Suisse Eole, 15 parcs éoliens font actuellement l’objet d’une procédure d’autorisation et 55 autres sont en cours de planification ; ces parcs pourraient produire 3 térawatt-heures d’électricité jusqu’en 2035. Mais l’expérience montre que planification ne rime pas forcément avec réalisation. « Il est inacceptable que les procédures d’autorisation pour les projets éoliens durent quinze ans », souligne Lionel Perret.

Le Conseil fédéral avait fixé comme objectif intermédiaire une production d’électricité annuelle de 600 gigawattheures de courant éolien jusqu’en 2020. Aujourd’hui, les éoliennes produisent environ 146 gigawattheures d’électricité (chiffres de 2019). Pour Lionel Perret, ce sont principalement la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage (FP) et Helvetia Nostra qui paralysent les projets. « Avec WWF et Pro Natura, il est généralement possible de trouver une solution. » Suisse Eole souhaite que le Parlement parte d’un postulat exigeant des procédures plus efficaces et moins longues. On pourrait par exemple envisager que les oppositions soient directement déposées auprès du Tribunal fédéral, ce qui simplifierait considérablement les procédures. »

Lien vers l’article en ligne sur tagesanzeiger.ch (le titre a entretemps été modifié)

Tags

Acceptance, Cantons, Économie/finance, Politique énergétique, Technique