News

Parc éolien du Lindenberg : «Pour débattre des éoliennes du Lindenberg, il faudrait avoir vu de ses propres yeux le parc de Verenafohren»

«Je suis venu parce que je veux me faire ma propre idée des éoliennes», explique Albert Kreyenbühl, de Beinwil, avant de s’installer dans le car en face de Reto Bieri, journaliste au “Seetaler Bote“. Fin août, la société Windpark Lindenberg AG a organisé une excursion au parc éolien de Verenafohren, situé sur le sol allemand à un jet de pierre de Schaffhouse. Reto Bieri y a consacré un article, publié dans le “Seetaler Bote“.

Windpark Lindenberg AG projette la construction de quatre éoliennes sur le Lindenberg. Afin de présenter aux personnes intéressées un parc éolien comparable, l’entreprise a invité les habitants de Hitzkirch et de Beinwil à participer à des excursions au parc de Verenafohren.

Les installations mesurent 200 mètres du sol à l’extrémité du rotor et le moyeu se situe à 134 mètres. Image: SeetalerBoote
Les installations mesurent 200 mètres du sol à l’extrémité du rotor et le moyeu se situe à 134 mètres. Image: SeetalerBoote

Une légère rafale de vent et on n’entend plus l’éolienne
Le car grimpe l’étroite route forestière. «Tout le matériel nécessaire aux éoliennes a été acheminé par ici», explique Bene Müller, directeur de l’entreprise Solarcomplex, qui a construit les trois éoliennes et est également responsable de leur exploitation. Les éoliennes dépassent de la cime des arbres. Les installations mesurent 200 mètres du sol à l’extrémité du rotor et le moyeu se situe à 134 mètres. Reto Bieri du “Seetaler Bote“ écrit dans son compte rendu du 28 août 2019 : „Comme on est protégé du vent en forêt, on y entend bien les éoliennes. Le son produit par les pales du rotor rappelle un peu celui d’un avion volant haut dans le ciel. Mais il suffit d’un léger coup de vent pour ne plus entendre la turbine.“ A ce moment-là, le groupe se trouvait à environ 350 mètres de l’une des installations. Un peu plus loin, Reto Bieri poursuit : „Ensuite nous nous dirigeons vers l’éolienne. Encore 150 mètres, 100 mètres, puis le groupe se tient sous l’impressionnante turbine, qui tourne encore à puissance nominale. Il en va de même ici : si le vent souffle, on n’entend plus le bruit du rotor.“

„C’est rassurant pour moi“
Comme le rapporte le “Seetaler Bote“, Herbert Birrer, de Müswang, était aussi de l’excursion à Verenafohren. Cet agriculteur est à l’origine de l’éolienne prévue du côté lucernois du Lindenberg. Sa conclusion : «Pour débattre des éoliennes du Lindenberg, il faudrait avoir vu de ses propres yeux le parc de Verenafohren.» Il souhaitait surtout entendre le bruit produit par une éolienne d’aujourd’hui. L’éolienne de la commune de Müswang ne se trouvera qu’à environ 300 mètres de sa ferme. «Bien sûr qu’on l’entendra. Mais compte tenu que l’éolienne de Verenafohren tournait aujourd’hui à sa puissance nominale, j’ai le sentiment qu’on ne l’entendait que dans ses environs immédiats. C’est rassurant pour moi.» Un autre point positif que Herbert Birrer souligne à l’intention du “Seetaler Bote“ : «On n’a pas l’impression que l’installation fait 200 mètres de haut quand on se trouve directement à sa base.»

Source : Reto Bieri, rédacteur en chef de „SeetalerBote

Tags

Acceptance, Cantons, Communes, Environnement, Événements, Protection de la nature, Riverain, Technique