News

La centrale nucléaire de Mühleberg mise hors service - la branche de l’énergie éolienne est dans les starting-blocks

La centrale nucléaire de Mühleberg sera mise hors service demain. La branche de l’énergie éolienne a fait ses devoirs : elle a suffisamment de projets éoliens en attente pour garantir conjointement avec l’énergie solaire un approvisionnement en électricité sûr, indigène et renouvelable, sans nucléaire.

Deux tiers de la production en hiver
„Nous nous félicitons que BKW ferme demain la centrale nucléaire de Mühleberg, rendant ainsi la Suisse un peu plus sûre“, indique Isabelle Chevalley, présidente de Suisse Eole et conseillère nationale. „Avant le développement des énergies renouvelables, l’énergie nucléaire a joué un rôle important, en particulier en hiver, quand une grande partie de l’électricité est utilisée pour le chauffage. Mais avec l’énergie éolienne, nous disposons d’une source d’énergie renouvelable à la fois sûre, indigène et fiable en hiver : en effet, les deux tiers de sa production ont lieu durant la saison froide, lorsque les vents soufflent plus fréquemment et plus fort.“ L’énergie éolienne complète donc idéalement les énergies solaire et hydroélectrique, car ces deux sources d’énergie produisent moins durant la saison de chauffage. De plus, l’énergie éolienne coûte beaucoup moins cher que l’électricité produite par les nouvelles centrales nucléaires.

L’industrie éolienne a fait ses devoirs

Avec la fermeture de la centrale nucléaire de Mühleberg, mais aussi avec un changement climatique plus rapide que prévu, les énergies éolienne et solaire ont beaucoup gagné en importance. „A l’avenir, nous utiliserons de plus en plus d’électricité renouvelable, non seulement pour remplacer le courant issu de centrales nucléaires désaffectées pour des raisons de sécurité et de rentabilité, mais aussi pour des questions de protection du climat, afin de remplacer les énergies fossiles dans la production de chaleur et la mobilité“, précise Reto Rigassi, directeur de Suisse Eole. Mais l’industrie éolienne a fait ses devoirs : les objectifs 2020 en matière d’énergie éolienne de la stratégie énergétique auraient pu être atteintset ceux de la stratégie énergétique 2035 pourraient même être dépassés.

Oppositions : garder le sens des proportions
„Hélas, les projets d’énergie éolienne sont parfois considérablement retardés par les oppositions de particuliers et de certaines associations environnementales“, regrette Reto Rigassi. „Ces oppositions sont en nette contradiction avec les décisions des communes. Depuis 2012, 19 communes sur 22 se sont prononcées en faveur de projets éoliens précis sur leur territoire“. Suisse Eole se veut optimiste et espère que les procédures judiciaires s’accéléreront une fois que seront prises les décisions judiciaires en instance auprès du Tribunal fédéral, notamment. Mais l’association pour la promotion de l’énergie éolienne en Suisse demande aussi aux associations de défense de l’environnement de garder le sens des proportions et de favoriser plutôt la mise en œuvre du tournant énergétique en Suisse, en collaboration avec le secteur de l’éolien.

L’énergie éolienne dépasse le lignite
Les données récentes de l’Allemagne montrent que l’expansion de l’énergie éolienne est un pilier important du tournant énergétique : la part de l’énergie éolienne y est passée de pratiquement zéro il y a 20 ans à plus de 26% en 2019. L’énergie éolienne a ainsi relégué la production d’électricité à partir de lignite en deuxième position parmi les sources d’énergie les plus importantes chez notre voisin du Nord. En Autriche, la part de l’énergie éolienne est passée de pratiquement zéro à environ 11% au cours des 20 dernières années.

Tags

Acceptance, Cantons, Communes, Économie/finance, Environnement, Politique énergétique, Technique