News

Séminaire pour les cantons de Suisse Eole : le vent ne s’arrête pas aux frontières suisses !

„Le vent ne s’arrête pas aux frontières suisses“, a rappelé Lionel Perret lors du séminaire pour les cantons du 28 novembre à Bienne. Le représentant de Suisse Eole en Suisse romande a réitéré que les conditions de vents en Suisse sont excellentes et a démontré que, grâce aux progrès technologiques les plus récents, l’objectif de la Confédération en matière d’énergie éolienne peut être doublé, et ce avec le même nombre d’éoliennes.

„Le parc éolien de Court n’est pas mort“, a déclaré en préambule Barbara Schwickert, conseillère municipale et cheffe du Service des constructions, de l’énergie et de l’environnement de la ville de Bienne. „La population a dit non pour le moment seulement.“ Tout comme les 40 communes qui ont unanimement exigé la prise en compte de l’intérêt national pour le parc éolien du Plateau de Diesse, Barbara Schwickert est convaincue que l’énergie éolienne a sa place dans la région. Près de 80 représentants de cantons, de communes, de services de l’énergie, mais aussi des spécialistes de l’éolien et des personnes intéressées se sont retrouvés le 28 novembre à Bienne pour s’informer et échanger à propos des derniers développements dans le secteur de l’énergie éolienne.

Barbara Schwickert est convaincue que l’énergie éolienne a sa place dans la région. Image : A. Niederhäusern
Barbara Schwickert est convaincue que l’énergie éolienne a sa place dans la région. Image : A. Niederhäusern

L’Autriche veut atteindre 26 % d’énergie éolienne d’ici à 2030
Notre voisine, l’Autriche, nous a largement dépassés avec une part de 11 % d’énergie éolienne en 2019. En Suisse, ce taux n’est même pas de 1 %. Hans Winkelmeier représentait IG Windkraft, le pendant de Suisse Eole en Autriche, et a présenté la situation dans son pays : „D’une part, nous avons d’excellentes conditions de vent dans l’est du pays avec plus de 7 mètres par seconde“, a-t-il rapporté. Cependant, il est important de développer davantage l’énergie éolienne dans tout le pays, en particulier dans la partie alpine qui jouera un rôle clé dans le futur. C’est pourquoi Hans Winkelmeier souhaite que la politique apporte un soutien différencié selon la zone de construction des parcs éoliens. En effet, le pays souhaite s’approvisionner exclusivement en électricité renouvelable à l’horizon 2030 : „Nous pouvons couvrir 26% des besoins avec l’énergie éolienne“, a souligné Hans Winkelmeier. Par ailleurs, malgré une puissance installée de plus de 1300 MW, l’aigle impérial s’est réinstallé en Autriche et le nombre de pygargues à queue blanche et de grandes outardes a considérablement augmenté. Energie éolienne et faune ailée sont donc compatibles.

„En 2030, nous pouvons couvrir 26% des besoins avec l’énergie éolienne“, a souligné Hans Winkelmeier.
„En 2030, nous pouvons couvrir 26% des besoins avec l’énergie éolienne“, a souligné Hans Winkelmeier.
Bien que la capacité éolienne installée en Autriche ait plus que décuplé depuis 1997, les pygargues à queue blanche et les aigles impériaux ont pu se réinstaller et le nombre de grandes outardes a également beaucoup augmenté. Graphique : IG Windkraft
Bien que la capacité éolienne installée en Autriche ait plus que décuplé depuis 1997, les pygargues à queue blanche et les aigles impériaux ont pu se réinstaller et le nombre de grandes outardes a également beaucoup augmenté. Graphique : IG Windkraft

Derniers développements en matière de protection des oiseaux et des chauves-souris
Les instruments de détection précoce tels que les radars et les caméras contribueraient à rendre plus objective la question de la protection des oiseaux et des chauves-souris, a souligné Luisa Münter de Nateco. „Selon le système, mais aussi selon les espèces d’oiseaux, les systèmes de détection peuvent repérer des oiseaux jusqu’à une distance de 1000 mètres.“ Luisa Münter a présenté les nouveaux systèmes de détection apparus sur le marché et exposé leurs avantages. Il existe également des systèmes avec caméras thermiques ou détection infrarouge. „Ils peuvent être fixés sur les installations mêmes ou au pied des éoliennes. Et ils peuvent aussi détecter comment les oiseaux contournent les éoliennes.“ En outre, ces systèmes pourraient également être combinés à des techniques d’effarouchement pour réduire encore le risque de collision.

Luisa Münter : « Les systèmes de détection pourraient également être combinés à des techniques d’effarouchement pour réduire encore le risque de collision. »
Luisa Münter : « Les systèmes de détection pourraient également être combinés à des techniques d’effarouchement pour réduire encore le risque de collision. »

Blocage effectif de l’énergie éolienne
Cet été, la station ornithologique de Sempach a émis des recommandations pour la protection des oiseaux dans le domaine de l’énergie éolienne. Hans Buser, biologiste et ornithologue, les a analysées pour Suisse Eole : „La Station ornithologique de Sempach préconise une distance entre les éoliennes et les zones protégées dix fois supérieure à la taille d’une éolienne. Si l’on ajoute les zones habitées et les installations militaires, il ne reste plus que 3 % environ des zones répertoriées dans l’Atlas des vents comme convenant à l’exploitation de l’énergie éolienne.“ Bien que la Station ornithologique parle de „recommandations“, cela équivaut en réalité à une tentative de blocage de l’énergie éolienne et bat en brèche les objectifs de la Confédération. „Prenons l’exemple du milan royal, dont la population est aujourd’hui quatre fois plus élevée qu’en 2000. Cela qui montre qu’il devrait être possible de trouver un compromis entre énergie éolienne et protection de cette espèce“, a indiqué Hans Buser.

Hans Buser : « Si on applique recommandations pour la protection des oiseaux la station ornithologique de Sempach, il ne reste plus que 3 % environ des zones répertoriées dans l’Atlas des vents comme convenant à l’exploitation de l’énergie éolienne. »
Hans Buser : « Si on applique recommandations pour la protection des oiseaux la station ornithologique de Sempach, il ne reste plus que 3 % environ des zones répertoriées dans l’Atlas des vents comme convenant à l’exploitation de l’énergie éolienne. »

Régimes de vents complémentaires
„Dans le cadre de nos recherches, nous avons analysé les conditions de vent en Europe et dans les différentes régions de Suisse“, a expliqué Stefan Pfenninger de l’EPF de Zurich. Les chercheurs ont constaté qu’il existe effectivement des régimes de vents complémentaires entre l’Europe et la Suisse, de même qu’à l’intérieur du pays. Et cette complémentarité est particulièrement importante dans un approvisionnement énergétique basé exclusivement sur les énergies renouvelables, puisqu’elle montre que lorsqu’il n’y a pas de vent dans une région, il souffle à quelque part d’autre en Suisse. Cela signifie qu’il est logique de construire des éoliennes dans toutes les régions et pas seulement en mer du Nord. Selon les chercheurs, on trouve des régions éoliennes anticycliques en Suisse, en particulier dans la région lémanique et sur les crêtes du Jura.

Stefan Pfenninger : « Selon les chercheurs, on trouve des régions éoliennes anticycliques en Suisse, en particulier dans la région lémanique et sur les crêtes du Jura. »
Stefan Pfenninger : « Selon les chercheurs, on trouve des régions éoliennes anticycliques en Suisse, en particulier dans la région lémanique et sur les crêtes du Jura. »

Aides à l’investissement envisagées
En Suisse, 438 éoliennes d’une puissance totale de 1014 MW ont reçu une promesse de rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC). „Cependant, il arrive que certains de ces projets soient supprimés du plan directeur“, a fait observer Laura Antonini, responsable de la RPC à l’OFEN. „Dans ce cas, la RPC peut être transférée à des projets dans d’autres cantons“. Laura Antonini a également indiqué qu’en septembre, le Conseil fédéral a chargé le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) de soumettre un projet de consultation sur la révision de la loi sur l’énergie parallèlement aux travaux d’ouverture du marché de l’électricité. Le projet de loi inclura également les futures contributions à l’investissement pour les éoliennes.

Laura Antonini : « La RPC peut être transférée à des projets dans d’autres cantons »
Laura Antonini : « La RPC peut être transférée à des projets dans d’autres cantons »

100% d’énergies renouvelables dans le monde
Neo Carbon Energy a calculé dans une étude qu’il serait possible d’approvisionner le monde à 100% en énergies renouvelables. „Nous avons simulé deux voies vers un système énergétique 100% renouvelable d’ici à 2050 pour 20 régions d’Europe, dont la Suisse“, a expliqué Michael Child de l’université finlandaise de Lappeenranta, l’un des auteurs de l’étude. Dans la première option, les régions échangent beaucoup d’électricité entre elles, tandis que dans l’autre, il y a une production régionale élevée et peu d’échanges. Avec les deux modèles, un approvisionnement en énergie 100 % renouvelable est possible et rentable grâce à l’éolien terrestre et aux „prosommateurs“ d’électricité solaire: „Les calculs ont d’ailleurs montré qu’on a besoin de moins stockage si on renforce le système d’échange transfrontalier“, a précisé Michael Child. „En Suisse, un approvisionnement en énergie 100% renouvelable peut être mis en œuvre d’ici à 2035, encore plus rapidement que dans le reste de l’Europe. Les alternatives à ce système énergétique 100% renouvelable sont toutes risquées et coûteuses, alors pourquoi hésitons-nous encore ?“, a conclu Michael Child.

Michael Child : « En Suisse, un approvisionnement en énergie 100% renouvelable peut être mis en œuvre d’ici à 2035, encore plus rapidement que dans le reste de l’Europe. »
Michael Child : « En Suisse, un approvisionnement en énergie 100% renouvelable peut être mis en œuvre d’ici à 2035, encore plus rapidement que dans le reste de l’Europe. »

15 % d’énergie éolienne et 20 % pour l’hiver
„La branche éolienne a fait ses calculs“, a déclaré Lionel Perret de Suisse Eole : „L’objectif de 0.6 térawattheure d’énergie éolienne fixé par la Confédération pour 2020 serait déjà dépassé et celui de 1.7 térawattheure pour 2035 peut être atteint.“ Malheureusement, les projets sont trop souvent traînés devant toutes les instances officielles, jusqu’au Tribunal fédéral, de sorte qu’avec seulement 75 MW de puissance éolienne installée, nous sommes loin derrière les régions voisines. „Mais nous pouvons faire beaucoup plus que l’objectif de 4.3 térawattheures d’énergie éolienne en 2050 : en nous basant sur les développements technologiques et la meilleure connaissance des vents, nous avons calculé que nous pourrons fournir 9 térawattheures d’énergie éolienne en 2050. Et ce, avec le même nombre d’éoliennes prévu dans la stratégie de la Confédération.“ Comme les éoliennes ont des pales de plus en plus longues, atteignant des altitudes où le vent souffle plus régulièrement, les installations produisent de plus en plus d’électricité. „Grâce au développement ciblé de l’énergie d’hiver, on peut couvrir 20 % des besoins en électricité durant la saison froide, puisque 6 des 9 térawattheures seront produits durant le semestre d’hiver. Notre masterplan montre que nous n’aurons pas à importer plus d’électricité en hiver qu’aujourd’hui. L’éolien en complément à l’hydraulique et le solaire et avec du stockage réduiraient les importations à seulement 5.6 térawattheures. En 2018, c’étaient 7 térawattheures“, a conclu Lionel Perret.

Lionel Perret : « Grâce au développement ciblé de l’énergie d’hiver, on peut couvrir 20 % des besoins en électricité durant la saison froide, puisque 6 des 9 térawattheures seront produits durant le semestre d’hiver. »
Lionel Perret : « Grâce au développement ciblé de l’énergie d’hiver, on peut couvrir 20 % des besoins en électricité durant la saison froide, puisque 6 des 9 térawattheures seront produits durant le semestre d’hiver. »

Echange entre les cantons
Les cantons ont également eu l’occasion d’échanger des informations. On a appris, entre autres, qu’une éolienne était prévue dans le canton d’Argovie mais remise en question par l’OFROU en raison de son impact possible sur un corridor faunistique. Serge Boschung, du canton de Fribourg, a indiqué que le canton attendait que la Confédération valide le plan directeur cantonal, qui comprend 7 parcs éoliens. Il espère qu’il sera enfin possible de construire des installations et plus seulement de faire des études. Un représentant du canton de Saint-Gall a indiqué que la Confédération s’attendait à ce que le canton produise 140 à 400 GWh d’énergie éolienne, mais que 20 GWh seulement étaient actuellement en discussion au niveau cantonal. Les nouvelles du canton du Jura étaient encourageantes : la veille, le Parlement avait approuvé le plan directeur cantonal.

L’Atlas européen du vent le montre bien : le vent ne s’arrête pas à la frontière suisse !
L’Atlas européen du vent le montre bien : le vent ne s’arrête pas à la frontière suisse !

Les procédures sont loin d’être bien établies
Plusieurs responsables de cantons ont pris la parole et ont dressé le bilan intermédiaire suivant : Dans le Jura bernois, 3 des 7 parcs éoliens attendent leur autorisation, dans le canton de Neuchâtel ce sont 5 parcs, le canton de Soleure compterait 5 sites et une commune qui aimerait prendre part à un nouveau parc éolien. Dans le canton du Valais, 8 projets éoliens sont en attente. Les projets et la volonté des communes ne font pas défaut. Mais les procédures sont loin d’être bien établies, comme en ont convenu les participants à la conférence. Trop de parcs éoliens sont en attente d’une décision de justice, même si la plupart d’entre eux ont déjà reçu le feu vert dans les communes voire au niveau cantonal, comme dans le canton de Neuchâtel.

Texte et photos : Anita Niederhäusern sur mandat de Suisse Eole

Tags

Acceptance, Cantons, Communes, Événements, Politique énergétique, Protection de la nature, Recherche, Technique