News

Les 4 Bornes un projet 100 % endogène et réversible

Après la campagne de dénigrement illustrée lancée fin janvier par « Sauvez l’Echelette », Jean-Michel Christen et Roger Stauffer, membres d’Eoliennes La Joux-du-Plâne-l’Echelette Sàrl, ont publié le communiqué suivant: En premier lieu : des agriculteurs de La Joux-du-Plâne, et eux seuls, ont imaginé ce parc éolien sur leurs terres. Très rapidement, nous ont rejoint la majorité des agriculteurs de la Montagne-de-l’Envers, puis les communes de Sonvilier et de Val-de-Ruz.

Ne possédant ni les connaissances techniques, ni les ressources, ni les fonds nécessaires, nous avons choisi pour partenaire une société-fille de notre distributeur d’électricité, à savoir Groupe E Greenwatt. Ce partenaire est chargé de développer notre potentiel éolien et d’assumer tous les risques financiers jusqu’à la mise en exploitation du parc.

Le parc éolien des Quatre Bornes demeure pourtant notre projet et nous gardons la haute main sur son avenir : la majorité décisionnelle nous appartient au sein du comité de pilotage, nous restons parfaitement maîtres chez nous !

Par ailleurs, nous le réaffirmons : la création d’un parc éolien dans cette région reflète bel et bien l’imagination, le bon sens et le respect que les opposants réclament pour négocier le tournant énergétique de la stratégie fédérale 2050.

Le comité de pilotage (COPIL) se compose de : Eoliennes La Joux-du-Plâne / L’Echelette Sàrl (3 voix), Commune de Sonvilier (1 voix), Commune de Val-de-Ruz (1 voix), Groupe E Greenwatt SA (1 voix).
Le comité de pilotage (COPIL) se compose de : Eoliennes La Joux-du-Plâne / L’Echelette Sàrl (3 voix), Commune de Sonvilier (1 voix), Commune de Val-de-Ruz (1 voix), Groupe E Greenwatt SA (1 voix).

De l’imagination, parce que le projet est sorti de la nôtre, agriculteurs de montagne décidés à utiliser à bon escient le vent soufflant au-dessus des terres que nous exploitons, en aidant à la fois la lutte contre le réchauffement climatique et la pérennisation de nos activités agricoles de montagne. Nous souhaitons pouvoir transmettre ce patrimoine aux générations futures.

Du bon sens parce qu’en termes de vent, le secteur est particulièrement bien exposé pour une exploitation éolienne. Du bon sens aussi, à l’heure où l’on s’inquiète du mitage du territoire, car cette technologie est la production d’énergie renouvelable exerçant le plus petit impact par mètre carré de terre : les 11 éoliennes prévues produiront quelque 80 millions de kW/h par an, soit autant d’électricité que 70 terrains de football couverts de panneaux photovoltaïques…

Du respect, enfin, parce qu’un parc éolien est réversible, contrairement au réchauffement climatique : après vingt d’exploitation, il sera possible, si la population le souhaite, de démonter complètement le parc, de recycler les machines à plus de 99 % et de redonner son image actuelle à la région, et ceci en moins d’un mois.

En sus du bon sens, de l’imagination et du respect, notre projet révèle notre sens des responsabilités : à l’heure où la jeunesse se mobilise, exigeant à raison que l’économie et la politique agissent enfin de concert pour limiter le réchauffement climatique, à l’heure où le WEF de Davos exprime les mêmes préoccupations, nous parlons peu et ne manifestons pas, mais nous agissons : un parc éolien nous permettra d’assumer une part de nos devoirs envers nos descendants. Les éoliennes modifieront certes ce paysage, pour deux décennies en tous les cas ; mais le réchauffement climatique, lui, le détruira comme il détruira sa biodiversité, et sans qu’on puisse l’illustrer sur des photos-montage…

Pour la Sàrl Eoliennes Joux-du-Plane – L’Echelette : Jean-Michel Christen et Roger Stauffer

www.les4bornes.ch

Tags

Acceptance, Communes, Économie/finance, Politique énergétique, Riverain