News

Charrat relance son développement éolien

La commune valaisanne met à l’enquête publique dès le 29 janvier un plan d’aménagement détaillé (PAD) en vue de l’installation de deux nouvelles turbines dans le voisinage de son éolienne Adonis, en fonction depuis 2012. Les citoyens se prononceront sur cet objet le 5 juin prochain.

Pour rappel, le 9 février 2014, la population charrataine acceptait à plus de 60% (60,2%) l’implantation de quatre nouvelles turbines sur son territoire et celui de Saxon. Ce projet de «PAD intercommunal» était dans le même temps refusé par les Saxonnains. Soumis par la suite au Conseil d’Etat pour validation, le PAD intercommunal – ramené à deux turbines supplémentaires sur le territoire de Charrat –, était refusé par le Conseil d’Etat, qui jugeait indivisible le caractère intercommunal de la démarche.

Aujourd’hui, Adonis couvre la moitié des besoins de la commune, ménages, industrie et domaine public confondus. Les nouvelles machines, en triplant la production, garantiront l’indépendance énergétique de Charrat. Photo: Fabrice Giroud
Aujourd’hui, Adonis couvre la moitié des besoins de la commune, ménages, industrie et domaine public confondus. Les nouvelles machines, en triplant la production, garantiront l’indépendance énergétique de Charrat. Photo: Fabrice Giroud

«Nous avons décidé de remettre l’ouvrage sur le métier avec détermination et conviction», explique Léonard Moret, président de la commune. Fort d’un avis de principe favorable au projet, rendu en décembre dernier par l’administration cantonale, le nouveau PAD de Charrat est donc mis à l’enquête publique depuis le 29 janvier 2016.

Autonomie énergétique et rentrées financières
Les deux éoliennes prévues sur le sol de Charrat sont du même type qu’Adonis. Chacune aura une production d'environ 7 millions de kWh par année. Aujourd’hui, Adonis couvre la moitié des besoins de la commune, ménages, industrie et domaine public confondus. Les nouvelles machines, en triplant la production, garantiront l’indépendance énergétique de Charrat. Intéressant sur le plan énergétique, le projet l’est aussi sur le plan financier. «Il rapportera environ 260'000 francs par année, ce qui représente près de 25% de notre marge d’autofinancement, précise la conseillère Marlyse Volluz. Pour une commune comme la nôtre, c’est considérable ! Et pour une mise de départ de 180'000 francs, c’est un investissement rentable.»

Cette somme est liée à la fois à la production éolienne sur le territoire communal – en tant que commune hôte, Charrat touche 1 ct le kWh – et à sa participation au capital-actions de ValEole. Pour rappel, cette société qui a son siège à Charrat, promeut l’énergie éolienne dans la région comprise entre Martigny et Riddes. Elle appartient pour moitié aux communes concernées (Charrat, Fully, Saxon, Martigny, Riddes et Saillon) et pour moitié aux sociétés électriques de la région, comme SEIC ou Sinergy, elles-mêmes en mains communales.

Le PAD s’accompagne d’un rapport d’impact poussé. Le respect des normes implique un suivi en matière de bruit, de distance aux habitations, de protection des chauves-souris et des oiseaux notamment. Les autorités ont également souligné que, contrairement à un argument fréquemment brandi par les opposants, le prix des terrains à bâtir a légèrement augmenté, la population villageoise a progressé de 10% depuis 2012, date de l’installation d’Adonis. «Et le secteur qui accueille le plus de nouvelles constructions est celui le plus proche de l’éolienne…», ajoute le président Léonard Moret.

Le PAD fera l’objet d’une séance d’information publique aux Charratains, puis d’une assemblée primaire délibérative, au printemps prochain.

Source : Commune de Charrat

Tags

Acceptance, Communes, Économie/finance, Politique énergétique