News

L’énergie éolienne peut éviter la pénurie d’électricité en hiver

Le risque de pénurie d’électricitéannoncé par Swissgrid le 2.12.2015 pour les mois à venir pourrait être écarté si on accordait plus d’importance à l’énergie éolienne en Suisse. En effet, les deux tiers de la production éolienne sont réalisés entre le mois d’octobre et le mois de mars, c’est-à-dire pendant la période où les centrales hydrauliques et les parcs photovoltaïques produisent le moins, mais où la consommation est la plus élevée.

Le développement ciblé de l’énergie éolienne permettrait de disposer en hiver de courant renouvelable sans rejet de CO2. Swissgrid déplore le manque d’électricité en ruban, qui est de toute façon vouée à disparaître en raison de l’arrêt des centrales nucléaires à moyen terme. La solution, qui est déjà au point technologiquement parlant, est la combinaison intelligente de l’énergie éolienne, de l’énergie solaire et de l’énergie hydraulique.

Économiser l’eau des lacs de barrage
En hiver, la Suisse consomme beaucoup plus d’électricité qu’en été. À cette saison, les fournisseurs d’énergie utilisent les réserves d’eau des lacs de barrage, ce qui permet cependant de ne couvrir qu’une partie des besoins. Par conséquent, de l’électricité supplémentaire est importée de l’étranger ; celle-ci provient souvent de centrales à charbon et nucléaires et présente un contenu CO2 élevé. Face à l’absence de précipitations au cours des six derniers mois et à l’arrêt – pour des raisons pas encore parfaitement élucidées – des réacteurs de la centrale nucléaire de Beznau 1+2, la Suisse sera plus que jamais contrainte de recourir à des importations d’électricité au cours des prochains moins. Selon Swissgrid, les réserves des lacs de barrage s’épuiseront plus rapidement qu’au cours des années précédentes, ce qui posera des problèmes pour l’approvisionnement en électricité. Les lacs de barrage pourraient garantir un approvisionnement fiable en électricité si on les combinait à l’énergie éolienne et d’autres énergies renouvelables.

Réponse à la conférence de Paris sur le climat
De nombreux chefs d’État et de gouvernement du monde entier participent actuellement à la COP21 à Paris et cherchent ensemble des solutions en vue de résoudre l’aggravation des problèmes climatiques de la planète dus aux émissions élevées de CO2. Mais les importations d’électricité que Swissgrid juge nécessaires auraient un impact négatif supplémentaire sur le climat. La quantité d’électricité produite par la centrale nucléaire de Beznau 1+2 entraînerait, si elle est remplacée à partir du mix énergétique européen, des émissions de CO2 de 2.7 mio. de tonnes, ce qui correspond à 5% des émissions totales annuelles de CO2 en Suisse. Il serait donc plus approprié de remplacer les deux réacteurs par de l’énergie éolienne, sachant que 120 parcs éoliens comprenant chacun 5 à 10 éoliennes suffiraient amplement. L’énergie éolienne, qui compense par ailleurs également l’absence d’énergie solaire pendant la nuit, est essentielle pour garantir en Europe, mais aussi en Suisse, un approvisionnement en électricité à la fois écologique et fiable à long terme.

Efficacité énergétique à tous les niveaux
Outre l’énergie éolienne, l’efficacité énergétique offre aussi en Suisse un potentiel considérable : le remplacement des chauffages électriques par des systèmes renouvelables (chauffages solaires et au bois, pompes à chaleur) pourrait à lui seul réduire de 10% les besoins d’électricité en hiver par rapport à aujourd’hui. De plus, le remplacement des chauffe-eaux électriques et des pompes de recirculation inefficaces des chauffages, des éclairages et des appareils électriques qui représentent, avec les chauffages électriques, 17.5% des besoins d’électricité en hiver, est également très judicieux. La stratégie énergétique du Conseil fédéral, qui met l’accent sur l’efficacité énergétique et la combinaison intelligente des énergies éolienne, solaire et hydraulique, est sur la bonne voie. Elle doit juste être mise en œuvre de manière cohérente.

Die von Swissgrid am 2.12.15 verkündete drohende Stromlücke für die nächsten Monate müsste nicht sein, wenn der Windenergie auch in Schweiz eine grössere Bedeutung beigemessen würde. Denn zwei Drittel der Produktion von Windenergieanlagen fallen zwischen Oktober und März an. Genau dann, wenn Wasserkraftwerke und Solaranlagen am wenigsten produzieren, der Verbrauch aber am höchsten ist.

Bei einem konsequenten Ausbau der Windenergie würde im Winter erneuerbarer, CO2-freier Strom zur Verfügung stehen. Swissgrid beklagt mangelnden Bandstrom, der mittelfristig aber ohnehin wegfallen wird. Die bereits technisch ausgereifte Lösung liegt in der smarten Kombination von Wind-, Solar- und Wasserkraft.

Speicherseen schonen
Im Winter wird in der Schweiz deutlich mehr Strom verbraucht als im Sommer. Die Energieversorger nutzen im Winter die Wasserreserven aus den Speicherseen, damit kann der Bedarf aber nur teilweise gedeckt werden. Zusätzlich wird deshalb Strom aus dem Ausland importiert, der häufig aus Kohle- und Atomkraftwerken stammt und mit einer hohen CO2-Belastung verbunden ist. Da nun neben den fehlenden Niederschlägen in den letzten sechs Monaten auch noch die AKW Beznau 1+2 aus noch zu klärenden Problemen abgeschaltet sind, wird die Schweiz in den nächsten Monaten mehr denn je auf Stromimporte angewiesen sein. Die Reserven der Speicherseen werden gemäss Swissgrid schneller aufgebraucht sein als in vergangenen Jahren, was zu Problemen bei der Stromversorgung führen werde, warnt Swissgrid. In Kombination mit der Windenergie und anderen Erneuerbaren könnten die Speicherseen eine zuverlässige Stromversorgung gewährleisten.

Antwort auf UN-Klimakonferenz
Die Regierungen dieser Welt debattieren zurzeit an der UN-Klimakonferenz COP21 in Paris, wie die aufgrund des hohen CO2-Ausstosses sich verschärfenden Klimaprobleme dieses Planeten gelöst werden können. Die gemäss Swissgrid notwendigen Stromimporte würden das Klima jedoch zusätzlich belasten. Die von den AKW Beznau 1+2 produzierte Strommenge würde bei einem Ersatz aus dem europäischen Strommix zusätzliche CO2-Emissionen von 2.7 Mio. Tonnen verursachen, was 5% der gesamten jährlichen CO2-Emissionen der Schweiz entspricht. Viel zielführender wäre es deshalb, die beiden AKW durch Windenergie zu ersetzen, wozu 120 Windparks mit je 5 bis 10 Anlagen genügen. Die Windenergie, die übrigens auch fehlenden Solarstrom in der Nacht abfedert, ist nicht nur in Europa, sondern auch in der Schweiz ein zentraler Bestandteil für eine langfristig sichere und umweltverträgliche Stromversorgung.

Stromeffizienz auf allen Ebenen
Neben der Windenergie bietet die Energieeffizienz in der Schweiz noch ein enormes Potenzial: Alleine mit dem Ersatz von Elektroheizungen durch erneuerbare Systeme (Solar- und Holzheizungen sowie Wärmepumpen) könnte gegenüber heute der Winterstrombedarf um 10% gesenkt werden. Sinnvoll ist zudem auch der Ersatz elektrischer Boiler und ineffizienter Umwälzpumpen von Heizungen sowie von Beleuchtungen und elektrischen Geräten, die gemeinsam mit den Elektroheizungen 17.5% des Winterstrombedarfs ausmachen. Die Energiestrategie des Bundesrates ist mit ihrem Fokus auf Energieeffizienz und der smarten Kombination von Wasser-, Solar und Windenergie auf dem richtigen Weg – sie muss nur konsequent umgesetzt werden.

Tags

Économie/finance, Politique énergétique, Technique