Ecobilan

Ecobilan de l'éolien: Seules les économies d'énergie font mieux

Tout au long de sa durée de vie, une éolienne produit l’équivalent de 40 fois la quantité d’énergie qu’il aura fallu pour sa fabrication, son exploitation et son démantèlement.

Si on prend en compte le recyclage des matériaux dans l’écobilan, cette proportion est encore plus importante. Aucun autre système de production d’électricité ne permet un temps d’amortissement énergétique aussi court.

Une méthode mise au point avec la participation de l'OFEN permet d'estimer la charge environnementale de produits et de prestations. Cette méthode dite « de la saturation écologique » prend pour point de référence les objectifs de la politique suisse en la matière. Elle considère un large éventail de nuisances : outre les émissions de gaz à effet de serre, elle calcule également la production de déchets ainsi que la pollution de l'air, des sols et des eaux. Les résultats sont exprimés en unités de charge écologique (UCE).

Comparé à d'autres modes de production d'électricité, l'éolien apparait comme l'un des plus écologiques, après l'hydraulique et la valorisation des déchets. Les facteurs suivants sont pris en compte dans l'écobilan des différentes techniques :

Compte tenu de la durée de vie des installations et de la quantité d'électricité produite pendant ce temps, il est possible de quantifier la charge environnementale de la production d'un kilowattheure. Le graphique permet aussi de décomposer cette charge.

La longueur du transport se réduit bien entendu lorsque le courant est consommé dans sa région de production. Dans le cas de l'éolien, la charge environnementale est alors divisée par deux par rapport au graphique. A l’échelon local, il est donc tout à fait intéressant de produire du courant vert à l’aide d’éoliennes.

Plus d'information