News

L’association de protection de la nature BUND satisfaite du parc éolien forestier de Verenafohren

Dans un rapport publié récemment, Eberhard Koch, le président de la section régionale de l’association allemande pour la protection de la nature et de l’environnement BUND, tire un bilan positif du parc éolien forestier de Verenafohren, près de Schaffhouse : „Les déboisements réalisés n’ont en aucun cas entraîné une perte de biodiversité. En fait, c’est plutôt le contraire. Sur le site, une bande forestière riche en espèces se développe sur le sol calcaire pierreux, ce qui crée également un habitat très intéressant pour les insectes et d’autres animaux.“ Le sabot de Vénus, une orchidée spécialement protégée, déjà présente avant la construction des installations, s’est très bien développée grâce à l’apport de lumière.

La section Westlicher Hegau de BUND a suivi la planification du projet éolien de Verenafohren, près de Tengen-Wiechs, depuis ses débuts. Elle dresse maintenant un bilan positif dans un rapport relatif à la biodiversité sur les zones défrichées. Eberhard Koch cite une longue liste de 35 espèces de fleurs et de graminées, rares pour certaines d’entre elles, et qui colonisent la lisière de la forêt désormais plus claire sur les sites des éoliennes et sur la route d’accès.

Campanule gantelée, à gauche, et Moyen nacré, à droite ; plus de 35 espèces de fleurs et de graminées, rares pour certaines d’entre elles, se sont établies en lisière, là où l’aménagement des éoliennes a éclairci la forêt. Photo : BUND Hegnau
Campanule gantelée, à gauche, et Moyen nacré, à droite ; plus de 35 espèces de fleurs et de graminées, rares pour certaines d’entre elles, se sont établies en lisière, là où l’aménagement des éoliennes a éclairci la forêt. Photo : BUND Hegnau

Le sabot de Vénus se porte bien
Tout près du chemin menant au parc éolien se trouve un site où poussent des sabots de Vénus, des orchidées sévèrement protégées. Pendant la phase de construction, des mesures importantes ont été prises pour éviter d’endommager ce site, comprenant même l’aménagement d’un écran anti-poussière. Le rapport stipule qu’„actuellement, durant la deuxième année consécutive aux travaux, la population de sabots de Vénus ne montre aucun signe d’appauvrissement. Les plantes sont vigoureuses et elles ont abondamment fleuri, avec 30 inflorescences. Il semble même que les éclaircies pratiquées aient amélioré les conditions de croissance. A environ 200 m de là, se trouve un deuxième site de sabots de Vénus, d’une étendue similaire, qui n’a pas produit une seule fleur en 2018. De toute évidence, l’ombre due aux arbres de la forêt est ici trop forte.“

Des molènes prospèrent au pied d’une éolienne. Photo : BUND Hegnau
Des molènes prospèrent au pied d’une éolienne. Photo : BUND Hegnau

L’opportunité que représente une forêt plus claire
Eberhard Koch rappelle qu’autrefois, nos forêts étaient globalement plus claires qu’aujourd’hui. L’assombrissement de nos forêts a entraîné la disparition d’espèces auxquelles une forêt en partie plus claire comme celle de Wiechs offre maintenant une nouvelle chance. Le rapport déclare à ce sujet : „Dans les milieux de la protection de la nature, les interventions en forêt sont souvent perçues de manière très négative. On estime en revanche très important d’abandonner entièrement les forêts à elles-mêmes, par ex. dans des réserves forestières. On oublie souvent que nos forêts étaient beaucoup plus claires par le passé et qu’à cette époque, elles abritaient de nombreuses espèces qui sont devenues très rares aujourd’hui. A beaucoup d’endroits s’étendaient des prairies forestières qui sont maintenant envahies presque partout par la végétation.“

Rapport du BUND „Untersuchungen über die Entwicklung der Freiflächen im Bereich der Windräder und an den Zufahrtswegen“ (Etudes sur l’aménagement de surfaces ouvertes dans le secteur des éoliennes et le long des voies d’accès)

Texte: Suisse Eole, Source: BUND Sektion Hegau

Tags

Acceptance, Environnement, International, Politique énergétique, Protection de la nature, Technique